Printemps, jour vingt et un

IMG_5048

Tu y crois, toi au temps qui passe si vite, juste le temps de te retourner et nous sommes déjà demain ? Tu y crois, aux livres de la mémoire rangés et poussiéreux de ta vie déjà passée ? Il reste encore le temps de tournoyer,  de se fabriquer une vie qui marquera la peau aux rides du sourire et que les livres de la mémoire s’empileront encore et encore, ad vitam aeternam.

De par l’étoffe si légère et précieuse, de par mes mains usées et vieillissantes, entends, doux enfant, combien nous veillerons sur toi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s