Une visite chez – Nayanaï

Je suis tombée en amour devant le travail si délicat et poétique de Naïma. Son univers m’enchante et c’est pourquoi, j’ai eu envie de vous la faire découvrir.

A

  • Naïma, qui se cache derrière ton nom d’artiste ?

Je suis artiste. Je travaille l’illustration et la céramique afin de créer des univers et des personnages étranges et poétiques. Curieuse d’autres techniques artistiques, j’expérimente et dévoile quelques images sur mon blog. Je suis Mahoraise depuis ma naissance et strasbourgeoise depuis plus de 10 ans. J’aime beaucoup les plantes. En plus d’avoir des plantes vertes, je fais pousser un mini potager chez moi : il y a des pommes de terre, des fraisiers, des salades, un framboisier… Cela évolue d’années en années. C’est toujours agréable de voir ce petit monde pousser !🙂

B

  • Comment est née ta passion, ton univers ?

J’ai toujours aimé les métiers artistiques : quand j’étais petite, je recopiais mes Michey Parade, créais mes meubles à partir de différents matériaux (cartons, planches de bois, …), peignais mes vêtements, … C’était évident pour moi que plus tard, j’allais travailler dans un domaine artistique même si je ne savais pas lequel.

Plus tard, l’Université de Strasbourg a accepté ma candidature. Pendant les cours, je gribouillais dans les marges de mes cahiers. En parallèle, j’avais ouvert un blog (qui est toujours le même aujourd’hui) où je montrais des illustrations très colorées. Plus les années passaient, plus je voulais voir évoluer cet univers qui s’affirmait de plus en plus. Pour mon master, j’ai présenté l’illustration en y ajoutant l’installation afin de jouer avec l’espace et permettre l’interaction avec le public. Mon diplôme en poche, j’ai ouvert mon entreprise presque un an après.

En ce qui concerne la création d’objets et les personnages en volume. Ils viennent de différents éléments que j’ai combiné et qui nourrissent ma volonté de créer des personnages hors d’un cadre. J’avais envie d’intégrer la notion de contact entre l’œuvre et la personne qui la touche ou l’observe.

D

Quand j’étais adolescente à Mayotte, nous regardions avec ma famille quelques émissions sur la décoration. Entre autre « Questions maison » qui est devenu aujourd’hui « La Maison France5 ». J’aimais tellement ces intérieurs : toujours très beaux, parfaits et où rien ne dépassait. Je pensais que c’étaient les maisons que tout le monde voulait avoir.

Un jour, je suis allée chez une amie et j’ai vu pour la première fois sa maison. Cela a été une merveilleuse surprise. Il y avait des objets partout. Ce qui m’a le plus enchanté, c’était les détails : chaque objet reflétait l’amour de cette famille pour chaque membre. Il y avait les souvenirs d’enfance, les dessins de quand ils étaient petits, des petits mots… Tous ces trésors avaient traversé le temps avec eux et étaient toujours là. Il y régnait une atmosphère poétique et chaleureuse qui englobait la maison.

Je me suis dit : « c’est ce sentiment là que j’aimerais que les gens ressentent en voyant mes créations ». J’ai envie de créer pour des maisons vivantes ! Celles qui évoluent avec les personnes qui y habitent. Et dans lesquels les souvenirs, les créations sont les reflets de moments particuliers. Que les objets ne soient pas simplement de la décoration mais, plutôt la révélation de sentiments partagés. Soit entre moi et ceux qui le reçoivent. Soit entre une personne qui l’offre à une autre.

  • Où puises-tu ton inspiration ?

Comme tout le monde : un peu partout et aussi de domaines différents. J’ai énormément de photos sur mon ordinateur. Je ne sais même plus combien j’ai de dossier qui portent le nom  « images ». Je suis attirée par les couleurs, les formes, les matières, les textures, les expressions du visage, le mouvement, la délicatesse, la poésie et beaucoup trop par les fleurs !🙂

C

 

  • Es-tu plutôt béton ou nature ?

Je suis 99 % nature et 1% béton pour les sols en béton ciré. C’est vraiment trop joli !🙂

  • Quelle est ta recette préférée ? Tu nous la souffles ?

J’adore cuisiner ! J’aime toutes les recettes : le plus important, c’est que ce soit bon, épicé et que mon ventre le digère. Je ne suis pas les recettes à la lettre généralement. C’est un peu comme tout le monde. Je fais en fonction de mes goûts. Je n’ai pas de recette préférée : je pioche par-ci par là des recettes qui me conviennent. J’ai des phases : parfois ce sont des plats qui prennent beaucoup de temps à réaliser et d’autres, ce sont simplement quelques ingrédients pour faire de la cuisine simple mais délicieuse. Ma dernière trouvaille est un dessert : l’ingrédient principal est la pomme. Ensuite, je rajoute d’autres éléments pour le sublimer. Je n’ai pas de nom pour ce dessert.

F

 

Ingrédients :

  • une pomme bio
  • un peu de compote (maison ou industrielle)
  • des graines de cardamome broyés (une gousse)
  • des raisons secs
  • des amandes effilées grillées
  • une demi orange bioÉpluchez la pomme. La couper en rondelles pas trop fines. Ne pas oublier d’enlever le milieu. Prendre une plaque, la protéger avec du papier sulfurisé. Faire cuire les rondelles au four pendant 10 à 15 min à 200°.
    Pendant ce temps, épluchez et coupez deux pommes. Les faire cuire avec les graines de cardamomes broyés et un peu d’eau. Quand la compote est prête, la laisser refroidir. Ensuite la mettre au frais. Mettre au frais aussi les tranches de pommes ainsi que le jus de l’orange. Laisser tous les ingrédients au frais pendant 30 minutes.
    Les sortir et commencer à assembler le dessert.

    Mettre une base de compote, superposer par-dessus quelques rondelles de pomme. Ajouter un peu de compote. Les amandes effilées et les raisins. A la fin, laisser couler le jus d’orange sur la préparation.

    Et voilà, un dessert frais, bon et pas trop compliqué à réaliser !:)
    Bien sûr, vous pouvez remplacer tous les ingrédients par ceux que vous aimez.

  • Une musique pour donner la pêche ou travailler ?

C’est assez varié, j’aime un peu de tout (la pop, la musique country, la musique classique, le funk, la musique indienne … ) mais je travaille sans musique généralement car, j’ai besoin de calme.
J’ai tendance à vouloir danser ou fredonner surtout si je la connais les paroles.
La musique me sert aussi de défouloir. Je me mets à danser et cela me permet d’évacuer quand je bloque sur un projet. Essayez, c’est assez efficace ! Je dis cela mais, si vous travaillez en groupe, ce serait mieux de prévenir vos collègues un peu avant quand même !🙂

  • Comment est ton matin idéal ?

Mon matin préféré, c’est quand il commence à faire trop chaud dans les draps dès 6, 7 heures du matin. Je peux vite sortir pour travailler tôt. Et comme généralement il fait beau, je peux profiter de la lumière naturelle toute la journée jusqu’à très tard.

  • Une phrase, un livre, une poésie,  qui te touche particulièrement ?

Je n’ai pas vraiment de phrases fétiches. J’aime bien celle d’Oscar Wilde :

« la beauté est dans les yeux de celui qui regarde ».

C’est quelque chose de tellement subjectif et unique pour chacun. On n’a pas besoin de suivre les modes à la lettre pour savoir ce qui nous plaît. Elles sont un fil conducteur qui nous nourrit tout au long de notre vie.

E

Merci Lea pour tout ! Cela a été un peu difficile d’écrire tout cela. Merci pour ta patience. Je suis ravie de partager ces quelques lignes. Merci encore !🙂 Je souhaite une longue vie à Edith Edite !♥

Pour en savoir plus : http://nayanai.canalblog.com/

et sa jolie boutique : http://nayanai.tictail.com/

Printemps, jour vingt-trois

IMG_5183 IMG_4985

Je me vois jeune femme, au milieu de mon potager,

Je me vois en train de cuisiner en cette minuscule maison,

Un lit, une table des chaises, une cuisinière, quelques ustensiles en bois,

des plats en émail, des livres.

Si peu, et déjà trop.

Je me vois femme d’âge mûr, au milieu de ma famille,

les enfants qui n’en sont plus,

il faut que je m’active, la vie s’échappe !

Je me vois vieille femme, au milieu de mon oeuvre,

Un jardin florissant, une maison tannée, mon dos courbé,

Et mes enfants devenus grands-parents.

Et puis, lorsque mes mains seront si noires de terre,

lorsque mes joues seront si ridées d’expressions,

lorsque mes yeux seront tournés plus souvent vers l’au-delà,

lorsque ma dernière saison sera venue,

il me faudra alors partir, retourner à cette terre qui m’aura portée, aimée, protégée.

J’aurais été si heureuse ! Mon oeuvre, je la vois, mon coeur à l’unisson des saisons, rien de plus.

 

Printemps, jour vingt et un

IMG_5048

Tu y crois, toi au temps qui passe si vite, juste le temps de te retourner et nous sommes déjà demain ? Tu y crois, aux livres de la mémoire rangés et poussiéreux de ta vie déjà passée ? Il reste encore le temps de tournoyer,  de se fabriquer une vie qui marquera la peau aux rides du sourire et que les livres de la mémoire s’empileront encore et encore, ad vitam aeternam.

De par l’étoffe si légère et précieuse, de par mes mains usées et vieillissantes, entends, doux enfant, combien nous veillerons sur toi.

 

Printemps, jour quatorze.

IMG_4866 IMG_4870

Les matins du silence. Le ciel céleste encore ténébreux.

La mésange chante, rompant le calme endormi. Bientôt les cloches, bientôt le sifflement de la théière, et puis l’odeur du miel.

En bas, la boulangerie s’active, il est six-heure-quarante-sept. Les mains s’affolent dans la farine.

En face, la lumière vient de s’allumer, le bébé attend sa nourriture lactée.

En moi, le thé me brûle et j’observe le spectacle du jour naissant.